Zone de Captage, Lot n°340, Front de Terre, Grand-Yoff

(+221) 77 560 22 16

(+221) 33 867 48 86

L’ONG Action Solidaire International a pris part, du 29 Août au 12 Septembre 2021, à l’Ecole d’été de Nairobi (Nairobi Summer School) au Kenya, qui est une initiative de l’Alliance Panafricaine pour une Justice Climate (PACJA), un consortium d’universitaires, d’acteurs de la société civile, d’organisations communautaires, d’organisations confessionnelles etc., présents dans divers pays (48 pays africains).

L’Université d’été de Nairobi pour une justice climatique, a pour but de construire de nouveaux ponts, de désigner de nouveaux ambassadeurs à travers les quatre coins du continent africain pour une justice climatique. L’objectif de cette école, est d’avoir un réseau d’activistes environnementaux à travers toute l’Afrique.

PACJA, en partenariat avec l’Université Kenyatta, l’UNESCO, a dispensé une formation intense et riche en informations à plus de milles (1000) participants dont cinq cent (500) en présentiel et plus de cinq cent (500) participants en virtuel, représentant plus de quarante-cinq (45) pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Europe.

Durant ces deux semaines, les participants ont eu à interagir avec des intervenants sur différents thèmes, inclus dans huit modules.

Dans la première semaine, la formation était dédiée aux thèmes relatifs d’abord à la crise climatique, le défi climatique, l’action climatique et la justice climatique ; ensuite l’environnement et la conservation ; enfin la gouvernance internationale de l’environnement, les institutions et les dettes climatiques.

Elle a été suivie d’une excursion à la forêt Karura, qui est une forêt urbaine de 1041,3 ha à Nairobi, la capitale du Kenya. La forêt est gérée par le Kenya Forest Service en partenariat avec une association communautaire, les amis de Karura « Friends of Karura Forest ».

Pendant la deuxième semaine, les interventions ont porté d’abord sur les solutions émergentes, mesures de réponse et options politiques pour renforcer la résilience et les villes à l’ère de la pandémie ; ensuite la création de mouvements et d’alliances dans le cadre de la transition vers un développement à faible émission de carbone, résiliente au changement climatique, juste, équitable et respectueuse de l’environnement ; puis les alternatives participatives, solutions techniques et fusions pour l’avenir ; ainsi que le thème nourrir le mouvement depuis la base : le cas de PACJA, les succès et les leçons de l’articulation des voix légitimes des peuples dans la politique climatique mondiale ; enfin naviguer à l’ère de la pandémie et de l’urgence climatique.

Ainsi, la formation a mis en exergue la notion de justice climatique qui nécessite une action coordonnée urgente afin de préserver la planète. L’école d’été avait une bonne couverture médiatique au niveau national, la plupart des activités était diffusé en direct à travers les médias sociaux.

Un appel solennel a été aussi lancé par les jeunes activistes afin que la COP 26 se tienne en présentiel et que toutes les dispositions requises soient prises pour une participation effective de toutes les parties prenantes.

La balle est dans notre camp, nous les jeunes, afin d’amorcer le changement par des actions réfléchies et concrètes.