En vue de faire face à l’évolution de la demande en électricité du Sénégal, la Société
Nationale d’électricité (SENELEC), conformément à son plan de développement industriel et
à la volonté du Gouvernement du Sénégal de recourir à la filière charbon pour la production
d’énergie électrique. Un contrat a été signé le 24 Janvier 2008 entre le Gouvernement du
Sénégal et Nycomb synergetics development AB une société Suédoise chef de file d’un
groupement de sociétés (compagnie sénégalaise d’électricité S.A. /CES) suivant la formule
“Build, Own, Operate (BOO)”pour la réalisation d’une centrale électrique a charbon de 125

La centrale est implantée à proximité du village de Bargny Minam, à 32 km environ de
la ville de Dakar avec une économie locale fortement dominée par la pêche.
Les centrales à charbon exposent à des risques professionnels, environnementaux et
sanitaires majeurs. Elles rejettent dans la nature du méthane (CH4), des oxydes d’azote (
NOx), de soufre (SOx), des matières fines PM2,5 et PM10 et du gaz carbonique (CO2),
principaux Gaz à Effet de Serre responsables du dérèglement climatique mondial.

L’accord de Paris, signé en 2015 marque un point de départ indispensable pour enrayer la
crise climatique. Entre autre, il s’agit de travailler à maintenir le réchauffement en deçà de
1,5 °C en s’assurant que les contributions nationales des pays (CDN) accélèrent réellement
les efforts de lutte contre les dérèglements climatiques. Dans ce sens, il faut dénoncer les
projets d’énergies fossiles et accompagner les décideurs dans les mesures qui visent à
promouvoir les énergies renouvelables pour répondre aux priorités des pays les plus pauvres
et les plus vulnérables. C’est pour accompagner cette lutte contre les énergies fossiles, que
la campagne deCOALonise.africa a été lancée en octobre 2017.

C’est quoi la campagne deCOALonise.africa ? Inspiré par le nombre croissant d’activistes, des
communautés et des organisations qui résistent aux centrales électriques à charbon et aux
mines de charbon au Kenya, la plate-forme de campagne deCOALonise.africa a été lancée en
octobre 2017. Son objectif est d’unir les campagnes et les mouvements visant à mettre fin à
l’âge du charbon en Afrique et à accélérer la transition vers l’énergie renouvelable propre.
Cette plate-forme permet d’interagir avec d’autres activistes engagés dans les campagnes
anti-charbon et pro-renouvelable à travers toute l’Afrique pour une inspiration mutuelle, un
soutien par les pairs, un partage d’expériences et un réseautage puissant.

Après son lancement en octobre 2017, deCOALonise.africa a appuyé les ONGs réunies au
sein du réseau Global Power Shift West Africa pour lancer plusieurs initiatives qui visent à
freiner l’engagement des décideurs en Afrique de l’Ouest à se lancer sur les projets de
centrales à charbon et à encourager la promotion des énergies renouvelable

Ainsi, depuis le démarrage de la construction de la centrale à charbon de Bargny en Janvier
2014, les communautés impactées se sont sévèrement opposées au projet et ont entrepris
beaucoup d’actions de protestations et de contestations qui n’ont pas pu empêcher la
construction de la centrale à charbon.

Alors, l’Organisation Action Solidaire International en collaboration avec ses partenaires
Rosa Luxembourg, l’organisation 350.org et le collectif des communautés de Bargny se sont
engagés à relancer la campagne contre la centrale à charbon de Bargny dans le cadre de la
campagne internationale dénommée « deCOALonize.africa ».

C’est dans cette dynamique qu’ils organisent un atelier de planification permettant de
définir le cadre stratégique et le plan d’action de la campagne « deCOALonise Sénégal ». Cet
atelier verra la participation d’activistes venus de pays ayant eu des projets de centrale à
charbon pour partager leur expérience.

OBJECTIF GENERAL
L’objectif général de la tenue de cet Atelier est de lancer la campagne deCOALonise Sénégal
et de formuler un plan d’actions d’ensemble à mettre en oeuvre dans les 12 prochains mois
afin de pousser le gouvernement du Sénégal à renoncer à la centrale.