• 52 Rue Carnot Dakar - SENEGA
  • +221 77 560 22 16
  • actionsolidaire@action-solidaire.org
FAIRE UN DON
In Projet 3C

ATELIER DE PARTAGE À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

L’implantation de la centrale à charbon de Bargny en dépit des engagements environnementaux internationaux auxquels, le Sénégal à souscrit constitue une régression dans ce contexte d’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

De plus le site d’accueil de la centrale dans la zone du littoral entraine des conséquences sanitaires assez sérieuses. Les problèmes jusque-là non résolus notamment l’évacuation en mer des déchets liquides et solides sans traitement préalable, le rejet en mer des eaux usées et des effluents industriels, la contamination chimique et bactériologique des eaux côtières, la pollution nitratée des eaux des nappes phréatiques, le transport et l’entreposage de certaines matières toxiques et la pollution atmosphérique sont autant de questions qui interpellent les populations.

Il s’y ajoute les écosystèmes particulièrement vulnérables, comme le milieu marin et côtier qui ne seront plus propices à leur rentabilité social et économique. Cette dynamique qui est en déphasage avec la ratification de l’Accord de Paris et l’intégration dans la Constitution révisée des dispositions particulièrement protectrices de l’environnement a contraint les pouvoirs publics d’annoncer la transformation de ladite centrale en centrale à gaz en 2021,

Bien qu’il n’y ait pas d’approche inclusive applicable lors de son l’implantation, un diagnostic indépendant s’avère impératif pour obtenir de plus amples informations sur les enjeux de la centrale. Dès lors, une analyse effective du corpus normatif, quel que soit le secteur concerné par la centrale à charbon (qu’il s’agisse du cadre de vie urbain, des déchets, de l’environnement industriel, de la déforestation, de la pollution marine, et des différents autres domaines de règlementation environnementale) s’avère impérative.

C’est dans ce contexte, qu’une étude technique et de base est commanditée avec le soutien financier de la Fondation Heinrich Boll sur la centrale pour élaborer un document technique, avec des informations mesurables, scientifiques, justes et vérifiables afin d’éclairer les différentes parties prenantes souvent opposées sur la centrale, l’analyse des risques environnementaux et des mesures d’atténuation et le respect des normes d’hygiène sécurité environnement HSE

La mission d’évaluation des politiques publiques qui incombe aux parlementaires ne peut se réaliser sans un certain nombre de préalables, dont le plus crucial consiste à leur renforcement de capacité.

Dans cette perspective et dans le cadre de la campagne contre la centrale à charbon de Bargny, des organisations comme Action Solidaire International, le RAPEN, l’organisation 350, la Fondation Rosa Luxembourg et la Fondation Heinrich Boll partagent l’étude avec le Réseau des Parlementaires pour la Protection de l’Environnement au Sénégal ainsi que ses partenaires. Cet atelier de partage qui aura lieu le 10 septembre 2019 à la salle de réunion de l’Assemblée Nationale, verra la participation des membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE), du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT) et de l’Union d’Association des Élus locaux (UAEL).

  1. Objectifs
  • Objectif général

L’atelier a pour objectif de partager avec les parlementaires, les élus et les Organisations de la Société Civile les résultats issus de l’étude technique et de base sur la centrale à charbon de Bargny.

  • Objectifs spécifiques
    • Présenter l’étude aux parlementaires, aux élus et aux OSC ;
    • Donner l’opportunité aux parlementaires et élus de s’imprégner des enjeux de la Centrale pour leur permettre de s’approprier la mise en œuvre de l’Agenda 2030, et cela conformément à leurs rôles d’acteurs clés dans la réalisation de la feuille de route nationale des ODD.
  • Résultats attendus
    • Les parlementaires, les élus et les OSC alliés, comprennent mieux les enjeux de la centrale à charbon à Bargny et s’impliquent à promouvoir les énergies renouvelables en lieu et place des énergies fossiles ;
    • Les parlementaires appréhendent mieux les enjeux et défis liés à la mise en œuvre du Changement climatique ;
    • Des recommandations sont formulées pour orienter l’action des députés sur les réformes législatives et législatives à conduire pour faciliter la mise en œuvre l’Accord de Paris sur le climat.

Décret n° 2013-877 du 20 juin 2013 déclarant d’utilité publique le projet de construction d’une centrale à charbon de 250 MW en BOO à Bargny-Minam-Sendou, désignant les immeubles domaniaux nécessaires à la réalisation du projet, prononçant le déclassement des dépendances du domaine public, prescrivant l’immatriculation au nom de l’Etat des terrains relevant du domaine national et prononçant leur désaffectation.

Tags Clouds